Guerre sur la fibre optique, la contre-attaque du ministre Léon Juste Ibombo

L’actualité économique, particulièrement celle des télécoms n’a jamais été aussi palpitante que ces derniers temps, depuis la révélation d’un contrat de concession de la fibre optique à Yao Corp, une entreprise dirigée par Omar Denis Bongo Ondimba.

La presse est en partie responsable de ce tohu-bohu, en ce qu’elle avait rapporté les plaintes des syndicalistes de Congo Telecom, sans donner en même temps la version de Yao Corp.

On se retrouve dans une situation où l’opinion s’emballe, surtout à cause des noms des acteurs en jeu: le Dg de Congo Telecom Yves Castanou qui a jusque-là une réputation de manager intègre et le Pca de Yao Corp, Omar Denis Bongo Ondimba, discret dans ses business, plus connu pour son statut de petit fils du président.

Yves Castanou, Dg Congo Telecom

A coté de cela, « le groupe des ministres du 25 septembre (date de la signature du contrat de Yao Corp) n’a certainement pas apprécié d’être présenté indirectement comme des « magouilleurs de la république ». Après les éclaircissements séparés de Yao Corp et du ministre des télécoms Léon Juste Ibombo, il apparaît que:

  • Yves Castanou avait « béni  » ce projet lorsqu’il était patron de l’Arpce.
  • Cette concession n’entame pas la productivité et le chiffre d’affaires de Congo Telecom.
  • Yao Corp a versé 200 millions au trésor à cet effet et compte embaucher une centaine de personnes pour exploiter ce patrimoine.

Le ministre Ibombo ne s’arrête pas là. Il réclame maintenant en tant que ministre de tutelle un rapport détaillé des coûts et mécanismes de financement des travaux de réhabilitation entrepris par le Dg Castanou depuis sa prise de fonction. Lesquels travaux qui ont participés à sa bonne réputation auprès du public, qui n’a pas oublié qu’il est également le bâtisseur du siège de l’Arpce. Certaines langues le soupçonnent de « se retrouver  » dans ces différents chantiers immobiliers. Encore faut-il le prouver.

Les conseillers du ministre chercheront certainement dans ce rapport un os qui les permettra de doser le caractère incontrôlé d’Yves Castanou, selon un observateur.

Rappelons que le ministre Ibombo et monsieur Castanou sont des pasteurs, dans une autre vie, en dehors des heures de service.

E.O

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6  +  4  =