Congo: Encore un crime à cause d’un coffre fort

La police a mis la main sur les assassins du quartier La Glaciere. Nous vous parlions ici de ce vol avec assassinat qui avait eu lieu en plein jour à la rue Nzoungou à Bacongo. Hier, la police sous la supervision du général Denguet en personne, a procédé à la reconstitution des faits avec les présumés assassins.

Christ, le cadet qui a ouvert le portail

Ils ont reconnu les faits dans une vidéo qui circule en ligne. L’idée est partie du cadet de Jenny, la maitresse de maison, qui a remarqué l’existence d’un coffre fort dans la chambre de sa sœur. Pour lui, comme pour beaucoup de congolais, coffre fort = argent caché. Il en a parlé à ses amis et ensemble ils ont monté le coup.

Apres avoir pris le petit déjeuner avec Paul, son beau frère et s’être assuré que ce dernier était parti travailler, le cadet qui s’appelle Christ est également sorti, laissant le portail ouvert. Ces 2 complices disent avoir ligoté la servante sans intention de la tuer. Elle serait morte étouffé par les habits qu’ils avaient mis sur son visage pour l’empêcher de voir ce qu’ils faisaient.

Les 2 assassins de la servante

Hélas pour eux, le petit coffre n’avait que 40 mille francs. Ils se sont donc rattrapés en prenant des chaussures, des bijoux et un téléphone. C’est grâce au signal de ce téléphone que la police a pu remonter jusqu’à eux.

Un malheur ne venant pas seul, comme on le dit souvent, la maitresse de maison a trouvé la mort dernièrement suite à un malaise, moins de 3 semaines après les faits.

L’on se souvient qu’à Siafoumou (Pointe-Noire), en 2020, un monsieur a été assassiné par les complices de sa servante, parce que cette dernière les avait informé de l’existence d’un coffre fort dans sa chambre. Il ne fait pas bon d’avoir un coffre fort à domicile dans ce pays !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  +  8  =  17