Transport au Congo: CE QUE LES CLIENTS NE SAVENT PAS

Dans tous les grands arrêts de bus à Brazzaville, comme marché Total, Moukondo ou Mampassi, il y’a un impôt quotidien taxé aux bus et 100/100, par leurs syndicats
200 fcfa/jour pour les bus Hiace. Puis à chaque chargement par un des “syndicalistes” à 150 fcfa.

500 fcfa/jours pour un bus Coaster. Chaque chargement par un syndicaliste est facturé à 200 fcfa.

Pour des lignes comme celle de pk45, où le client paie 1000 fcfa le transport, ces chargeurs prélèvent 1000 fcfa par véhicules chargé.

Le “syndicaliste” que nous avons interrogé prétend que cet argent collecté va chez des gourous de la police et la mairie. Respectivement, les recettes de lundi à mercredi, et celles de jeudi à samedi. Eux-mêmes ne profitent que des collectes de dimanche. Bien sûr, c’est trop facile de croire qu’il reverse l’intégralité collectée aux gourous en question. Encore faut-il, qu’ils existent réellement.

Cet impôt mafieux est également retrouvé dans d’autres villes africaines comme Abidjan ou Cotonou, où ces syndicalistes peuvent se montrer violents envers les rebelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

66  −  61  =