Propositions: Reformes du Visa d’entrée au Congo Brazzaville

Si le Congo veut développer son attractivité et attirer des touristes internationaux, il doit réformer le processus d’obtention du visa d’entrée sur son territoire. Tous les observateurs sont unanimes sur ce point. Pour réussir cette réforme, il y a quatre points à considérer.

1 – Les visas sont des sources de revenus importantes pour les représentations diplomatiques du Congo à l’étranger. Un visa de 15 jours pour rentrer au Congo coûte 55 euros. En une année, si un consulat délivre 100 000 visas, ce sont 5 500 000 euros de recettes (3,6 milliards de f cfa). De l’argent indispensable pour faire face aux dépenses de fonctionnement avant que l’argent arrive de Brazzaville. Difficile pour l’Etat congolais et ses représentations de se priver de cette manne.

2 – L’ambassade du Congo en France a déjà numérisé une partie du processus avec la mise en place de la plateforme “Girafe”. Le touriste peut y faire sa demande et y payer son visa. Cependant, pour le récupérer, il est obligé de se déplacer dans le 16eme arrondissement de Paris. En plus des tracasseries auxquelles il doit faire face, il est souvent obligé de prendre une journée de travail et de payer des frais de déplacement, s’il n’habite pas la région parisienne.

3 – Il faut donc digitaliser ou numériser l’ensemble du processus, y compris la délivrance du document. Pour cela, il y a deux possibilités. La première est d’envoyer, une fois que la demande est validée par le consul, le visa par mail via un document sécurisé par un code barre ou un QR code. La deuxième, serait de permettre au demandeur de récupérer son visa à la frontière à l’aéroport de débarquement au Congo. Le consulat envoie par mail un justificatif de l’obtention du visa que montre le voyageur quand il effectue ses contrôles à l’aéroport d’embarquement.

4 – Il faut mettre en place une plateforme commune qui sera mise en place et gérée par un partenaire privé via un PPP et une délégation de service public. Cette plateforme sera chargée de récolter les demandes, de les envoyer aux consulats pour validation et de les renvoyer aux demandeurs une fois que la demande est validée. Ce partenaire sera rémunéré via un contrat de plusieurs années où un pourcentage lui sera reversé sur chaque visa délivré. Chaque consulat continuera à percevoir les recettes des visas. Mais tout se fera en ligne. Plus personne n’aura besoin de se déplacer pour obtenir un visa d’entrée en République du Congo.
Peut-être un projet concret que le nouveau Ministère de la Coopération et des PPP peut mettre en oeuvre.

Guillaume KOUKA
Promoteur de visiterlecongo
Lanceur d’Alerte et l’homme de la Baie de Loango

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

7  +  3  =