Noemie Malonga: Des petits détournements qui gâchent une vie

Lorsque nous avons reçu cette info, hier en mi-journée, nous avons pensé à un sabotage. On nous a envoyé une photo, avec le message “Noemie Malonga, gestionnaire de compte à Ecobank a detourné plus de 40 millions de fcfa en ponctionnant dans les comptes des clients. Si vous êtes client d’Ecobank, verifiez votre compte”.

Ça paraissait tellement improbable à nos yeux que nous avons conseillé à notre expediteur de se méfier des fakes news. On ne peut toucher à l’argent d’un client sans son accord. En effet, c’est le principe bancaire de base: en dehors de ses frais, la banque n’a pas le droit de toucher l’argent du client.

Role d’un gestionnaire de compte bancaire

Le gestionnaire de compte traite les problemes que rencontrent le client, comme une erreur sur sa signature. Il l’aide à monter un dossier de crédit. Il lui conseille sur les différents produits et services de la banque, qui peuvent aider le client (surtout rapporter à la banque). Il n’a pas le droit de faire des transactions sur le compte du client. La loi l’interdirait même d’avoir des procurations sur les comptes des membres de sa famille, selon un chef d’agence que nous avons contacté. Il reconnait qu’en pratique, ce dernier point n’est pas respecté dans la quasi totalité des banques congolaises.

C’est ce qui a permis à Noemie Malonga, agent d’Ecobank Congo de retirer regulièrement l’argent dans les comptes de sa tante et de l’époux de cette dernière. On parle de 40 millions environ. dont 7 millions ponctionnés il y’a moins de 10 jours. En témoigne, l’audio de sa conversation avec sa tante qu’elle appelle affectueusement “Tatouche”. Le couple qui réside en France, tout comme la mère de Noemie, se bat à épargner au Congo pour ses vieux jours. On perçoit la deception et la colère dans la voix de Tatouche lorsqu’elle dit: “Même si Ecobank rembourse mon argent, Noemié, Je vais te taper”

Malgré l’effervescence de ce sujet sur les réseaux sociaux depuis 24h, la com d’Ecobank Congo n’a pas jugé opportun de faire un communiqué. L’inquietude de ses clients face ragots, l’impact sur son image… C’est pas leur problème, vu que c’est le nom de Noémie qui est plus salit. On imagine l’embarras de son frère ainé qui est également banquier dans une autre structure: la Bci.

L’argent n’a pas été ponctionné d’un coup comme le dise certains. Elle s’est retrouvé dans la situation de celui qui garde l’argent d’un ami: “Je prends un peu, je vais rembourser après”. D’après en après, ses besoins toujours plus nombreux et plus urgents. Noémie se retrouve dans la boue, avec le risque de perdre son emploi et de finir en prison. D’ailleurs, elle s’y trouve déjà, dans le cadre de l’enquête.

Comme l’a dit quelqu’un dans un bus: “Le vol qui marche le mieux dans ce pays, c’est lorsqu’on vole l’état, pas les individus”. Noemie Malonga s’est trompée de cible.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  +  33  =  38