Guerre sur la fibre optique – les éclairages de YAO CORP

COMMUNIQUE DE PRESSE DE YAO CORP
A propos de la concession de la Fibre Optique

Le projet de mise en concession du réseau de fibre optique par la SNE/E2C est antérieur à l’implication de YAO Corp dans ce processus. Dès 2015, la SNE/E2C avait lancé une réflexion sur la valorisation de ce réseau (appartenant à l’Etat et construit sur les infrastructures de la SNE/E2C) et à cette fin avait commandé une étude par un cabinet spécialisé – TACTIS – en 2015. L’une des principales recommandations de cette étude, était la mise en concession du réseau auprès d’opérateurs privés car les Télécom ne constituent pas le cœur de métier de la SNE/E2C.

Durant cette phase d’études, plusieurs réunions ont été organisées entre la SNE/E2C et l’ARPCE au sujet de cette mise en concession. Yves CASTANOU alors Directeur Général de l’ARPCE et ses principaux collaborateurs ont apporté leur accord et leur plein soutien à cette option de valorisation du réseau de Fibre Optique susmentionné.

Des experts Congolais du secteur privé des NTIC, informés des intentions de la SNE/E2C et des cadres de cette société, ont alors approché YAO Corp et ses dirigeants dès 2017/18 pour leur présenter cette opportunité d’affaire et l’intérêt pour des acteurs privés congolais d’un tel Projet.

Intéressé par cette bonne idée qui rentre dans la vision Groupe qui est d’être un partenaire au développement, YAO Corp a monté une équipe Projet durant deux ans en réunissant autour d’experts locaux, internationaux, un cabinet conseil de renom (Roland Berger). Ce travail a abouti à la volonté de postuler pour devenir concessionnaire du réseau de fibre optique.

Les Pouvoirs Publics ont alors organisé une consultation restreinte auprès des divers opérateurs susceptibles d’être en mesure de gérer une infrastructure de cette nature. Des groupes français notamment ont manifesté leur intérêt à devenir opérateur de cette fibre optique. Toutes considérations prises en compte, notamment qu’un opérateur Congolais réunissait les qualifications requises, ont conduit les autorités à désigner YAO Corp au travers de sa filiale dédiée – Silicone Connect – comme concessionnaire du réseau de fibre optique.

Une négociation du contrat de concession s’est alors déroulée entre YAO Corp et l’État Congolais durant plusieurs mois sous la triple tutelle du Ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Portefeuille Public ; du Ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique et du Ministère de l’Énergie et de l’Hydraulique.

Le contrat de concession a été signé le 25 septembre 2020.

Arguments contestants le bien fondé des protestations du Directeur Général de Congo Telecom contenus notamment dans son courrier n° 0852/CT-DG/20 du 4 novembre 2020 adressé à son Ministre de tutelle avec ampliation à la plus Haute Autorité de l’Etat, au Gouvernement, et aux Institutions de la République : arguments largement repris par les syndicalistes de Congo Télécom.

YAO CORP et sa filiale dédiée Silicone Connect s’expriment pour rétablir les faits auprès de ces compatriotes syndicalistes qui manifestement ont été mal informés et à l’ensemble de la population Congolaise.

Par la loi 14-97 du 26 mai 1997, le gouvernement congolais acte la libéralisation du secteur des télécommunications introduisant ainsi le libre jeu de la concurrence. Les services dits à valeur ajoutée (téléphonie mobile, fourniture de services internet, opérateurs d’infrastructure, etc…) peuvent désormais être fournis par les opérateurs privés autorisés.

Il devient ainsi aberrant d’affirmer que « … la taille du marché congolais ne permet pas la coexistence de deux sociétés compétitives de gestion et de commercialisation d’un réseau de fibre optique de transport … » ou encore que « … aucune entreprise en dehors de Congo Télécom ne peut se voir confier la gestion et la commercialisation d’un réseau de fibre optique au Congo … » . Cela est aberrant parce que les lois dans notre pays consacrent effectivement depuis le 26 Mai 1997 la concurrence dans le secteur des services à valeur ajoutée, et aussi parce que plusieurs opérateurs gèrent et commercialisent déjà de tels réseaux. Il existe en effet au Congo de multiples réseaux de fibre optique :

  • Le réseau de fibre optique sous terrain de Congo Telecom, le plus étendu, couvrant le territoire national ;
  • Le réseau de l’Etat construit sur les infrastructures aériennes de la SNE/E2C, aujourd’hui attribué en concession à YAO Corp ;
  • Le Central African Backbone (CAB) concédé à MAMB Services dans sa partie Dolisie – Mbinda vers le Gabon et dans sa partie Ouesso – Ntam;
  • Le réseau de fibre inter-administration (FIA) construit par le Ministère des Finances.
  • Le réseau de fibre optique du Groupe Vivendi Africa (GVA)

Ainsi, contrairement à ce qui est propagé auprès du grand publics comme aux salariés de Congo Télécom, le réseau de fibre optique concédé à YAO Corp est distinct de celui de Congo Telecom. Congo Telecom ne perd donc rien avec l’attribution de la concession à YAO Corp. Mieux, ce réseau lui est techniquement accessible, lui apporte redondance gage de meilleure qualité de service et Congo télécom sera toujours libre d’y faire transiter son trafic.

En tant que nouvel opérateur au Congo, porteur de la mission de délégation de service public, notre promesse est de mettre à disposition l’infrastructure qui nous a été concédée au plus grand nombre d’opérateurs, de structures publiques et privées rendant l’accès aux NTIC plus abordable pour les Congolais.

L’arrivée sur le marché de YAO Corp devrait être considérée par Congo Telecom et les autres opérateurs comme une opportunité de diversifier leurs partenariats sur le plan stratégique. Nous pensons qu’il existe des synergies à exploiter entre les deux grands réseaux publics de fibre optique au Congo afin de participer ensemble significativement à l’accomplissement du projet de couverture national (PCN) et du plan Congo Digital 2025, et que l’arrivée d’un deuxième opérateur ne se fera pas obligatoirement au détriment du premier. Affirmer le contraire est une manipulation.

Le marché de l’infrastructure de gros reste un segment en essor, porté par la croissance exponentielle des données transportées sur internet.

YAO Corp, au travers de sa filiale Silicone Connect, a dans son plan de développement stratégique, le recrutement de plus de 100 collaborateurs directs, femmes et hommes congolais, avec un plan de formation répondant au corps du métier. L’activité va créer près de 1000 emplois en indirect. Nous nous présentons donc comme un opérateur, qui a pour ambition d’insuffler une dynamique nouvelle sur le marché de l’infrastructure de fibre optique. Nous irons chercher des solutions techniques inédites et nouer des partenariats stratégiques avec d’autres réseaux, nationaux et internationaux, pour développer les “autoroutes numériques” du Congo et ancrer le pays comme un acteur majeur de la sous-région.

Cartographie du réseau de fibre optique construit par E2C et concédé à YAO Corp – câble aérien sur la dorsale, sauf boucles métropolitaines BZV et PNR où le réseau est souterrain.

Cartographie du réseau en fibre optique de Congo Telecom – câble souterrain sur toute sa longueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  −  1  =  3