6 juin 2018

Congo : Les frais qui vous attendent en cas d’accident de la voie publique

Par okibata

On ne le souhaite pas, mais ça peut arriver. Lorsqu’on en vit l’experience, on cherche à se souvenir de ce numéro 117 de la police qu’on avait peut être pas pensé à retenir (De toutes les façons, ça ne passe pas actuellement. Il n’y a que le 118 des Sapeurs Pompiers qui passe).

Lorsque la police viendra faire le constat, il est fort probable qu’elle débarque en taxi et c’est vous qui paierez à leur arrivée. Constat fait, vous vous rendrez à leurs bureaux, chacun paiera 7 200 fcfa pour le dossier.

Chaque partie re-expliquera l’accident, puis la police établira les responsabilités. Le chauffeur fautif paiera 43 000 fcfa en plus et sera chargé d’aller déclarer l’accident chez son assureur.

La partie lesée paiera 10 000 fcfa pour la copie de main courante.

Au total, cela fait 17 200 pour le chauffeur-vicitme et 50 200 fcfa pour le fautif.

S’il y’a un blessé, ce dernier doit être conduit prioritairement à l’hopital où il n’y a pas un vrai dispositif de prise en charge financière. Lorsque le fautif est sur place, il supporte les premiers soins en attendant que son assurance prenne le relais.

Lorsque le fautif est indisponible ou qu’il n’a pas d’argent, c’est la famille du blessé qui se démène à le soigner dans l’urgence, puis elle devrait être remboursé par l’assurance, dès que l’administration aura fait son travail.

Le blessé pourra être indemnisé pour les dommages subits s’il présente un certificat médical initial, puis un certificat définitif de guérison. Chacun de ses document est délivré par le médecin qui l’a suivi et est facturé à 15 000 fcfa en moyenne. Ce dédommagement ne le rendra pas millionnaire contrairement à ce que certains croient dans les quartiers.

Si donc vous êtes fautif et que les dégâts ne sont pas importants. Il vaut peut-être mieux trouver une solution à l’amiable. S’il y’a un blessé, il vaut mieux se couvrir en confiant les choses à l’assurance. En effet, vous ne pouvez prévoir ou imaginer ce qu’une blessure banale issue d’un accident de la circulation, peut cacher ni les sollicitations que vous subir de la part de la victime.

NB: Ces données concernent PNR

Richman Mvouama