Ces congolais qui font du business sur les réseaux sociaux

Nous connaissons tous les réseaux sociaux. Certains parmi nous y vont peut-être pour s’informer, partager des histoires drôles ou s’exhiber. Pendant ce temps, d’autres compatriotes y vont pour des affaires.

Par défaut de sites d’annonces destinés au Congo, des groupes ont vu le jour sur Facebook, avec des fortunes diverses. Ceux qui sont consacrés à Pointe-Noire tirent le mouvement en avant avec plus de membres et d’annonces quotidiennes.

Socrate Okolou, fondateur du groupe Occasion de Pointe-Noire, dit valider des dizaines d’adhésions par jour. Il a affirmé vendre régulièrement du matériel informatique pour son compte ou celui de ses clients grâce aux réseaux sociaux. Nous l’avons d’ailleurs surpris en pleine transaction avec Deo Gracias qui a témoigné « J’ai payé ma voiture, mon aquarium, et plusieurs autres petites choses sur facebook. Pour la voiture, c’était vraiment une opportunité, le vendeur était sur le départ donc il avait cassé le prix ».

Que ce soit dans « Le bon coin », « Tout y passe », ou « les marraines », on retrouve souvent les mêmes annonces dans les groupes destinés à la même ville. Une dame du nom de Vasthy, reconnaît exploiter plusieurs groupes à la fois pour augmenter la visibilité de ses annonces. « Avant, je vendais mes produits à crédit à mes connaissances. Grace, aux réseaux sociaux, je les écoule plus rapidement par des ventes cash, juste en réduisant le prix ».

Le souci se trouverait au niveau des annonces immobilières ou certains de nos contacts disent suspecter des fausses annonces de la part des démarcheurs, juste pour attirer des prospects. Enfin, ce qu’on les voit faire habituellement dans la vraie vie

Il faut souligner qu’en Europe, Facebook offre une option qui n’apparait pas au Congo : Celle qui consiste à proposer et voir les annonces de vente des personnes proches géographiquement.

Nous assistons là probablement aux débuts du commerce en ligne au Congo. Demain, un vendeur pro, proposera le paiement électronique et la livraison à domicile, puis nous aurons rejoint les autres.

Richman Mvouama

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  +  14  =  20