Augmentation des violences conjugales à Pointe-Noire

A Pointe-Noire, en cette fin janvier, un ami médecin nous rapporte avoir remarqué une augmentation des consultations aux urgences chirurgicales pour des lésions suites à des violences conjugales. Les victimes appartiennent aux 2 sexes.

Outre les histoires choquantes que l’on a tous entendu du gars qui avait tué sa campagne à Mvou-mvou au motif qu’elle était trop impolie, il y’a eu d’autres faits divers à la fois déplorables et droles parfois. Notons pour la petite histoire, que le criminel de Mvou-mvou avait gardé le cadavre de sa victime plus de 2 jours à la maison ne sachant comment le faire disparaitre. L’etat de putrefaction qui dérangeait déjà le quartier avait conduit les autorités à proceder à son inhumation directe.

Notre medecin dit avoir vu passer au moins 20 cas de violences conjugales à son poste de travail rien que dans les 10 derniers jours de janvier.

Il y’a cette dame qui s’est retrouvée avec une fracture de l’avant bras parce qu’elle a trainé avant d’ouvrir la porte à son mari qui rentrait après minuit.

Les histoires que nous avons trouvé droles sont celles de cet homme qui s’est fracturé le pied lorsque le coup de pied avait fini sur la chaise en bois, après avoir raté sa conjointe. Il y’a aussi ce type qui a échappé à la mort par hémorragie suite aux bouteilles que sa maitresse a cassé sur sa tête dans un bar VIP. « Je lui disais ces défauts et elle ne l’a pas supporté » a-t-il raconté. Le gérant du bar qui supportait les premiers soins, vu l’urgence, lui a répondu : « Une maitresse, on en tire ce que l’on veut, puis on passe. Pourquoi tu parles de ses défauts, tu veux l’épouser ? »

Selon l’avis du médecin, cette violence est probablement dûe à la crise financière post fête qui affecte les ménages. Les pontenegrins sont tendus. Il pense que le paiement des salaires de janvier va calmer cette tendance regrettable. Il faut tout de même renforcer la sensibilisation des citoyens sur le fait que nos femmes ne sont pas des tam-tams. Une petite gifle mal placée peut détruire un tympan ou entrainer une mauvaise chute avec décès.

Les vrais hommes ne frappent pas leurs femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

28  −    =  22